• Hans Haacke
  • Raymond Hains
  • Richard Hamilton
  • Julieta Hanono
  • Mona Hatoum
  • Carsten Höller
  • Camille Henrot
  • Chemsedine Herriche
  • Lucien Hervé
  • Ann Hindry
  • Thomas Hirschhorn
  • Hobz
  • Hoctez
  • Horfée
  • Myriam Houssay-Holzschuch
  • Joël Hubaut
  • Pontus Hulten
  • Pierre Huyghe
  • Livres :
  • Livres :
  • Livres :
  • Biographie :


    Julieta Hanono est artiste. Elle a exposé au Casino au Luxembourg en 2007, au Musée Reina Sofia à Madrid et à l’Institut Cervantès à New York en 2008. Son exposition Temps-Mêlés a eu lieu à la Maison de l’Amérique latine en janvier 2009. 

    Livres :
  • Livres :
  • Livres :
  • Biographie :

    Née en 1978, vit et travaille à Paris et New York.

     

    Lion d’argent à la 55° Biennale de Venise (2013) pour son film Grosse Fatigue.

     

    D’abord reconnue pour ses vidéos et films d’animation qui mêlent dessin, musique et images cinématographiques, parfois grattées ou retravaillées, Camille Henrot brouille les catégories traditionnellement hiérarchiques de l’histoire de l’art. 

     

    Ses dernière œuvres qui se déclinent sous forme de sculptures, dessins, photographies et films, traitent de la fascination exercée par l’ailleurs et par l’autre (géographique, mais aussi sexuel), fascination reprise dans les mythes populaires modernes, comme ceux de King Kong ou de Frankenstein. 

     

    Les objets hybrides, impurs, de l’artiste jettent un doute sur l’écriture linéaire et cloisonnée de l’histoire occidentale, et soulignent sa part d’emprunts et ses zones d’ombres. Pour la série de sculptures Espèces menacées, par exemple, l’artiste a créé des objets d’inspiraion africaine à partir de pièces de moteurs de voitures. Placées sur de hauts socles, ces silhouettes élancées aux allures zoomorphiques renvoient tant à la migration des symboles et des formes qu’à la circulation économiques des objets. Cette survivance du passé, pleine de malentendus, de glissements et de projection (dans le diaporama Egyptomania, le film Cynopolis et les dessins de sphinx, ou encore dans les photographies de silex préhistoriques) trouble codes et conventions culturelles. Ainsi le travail de Camille Henrot questionne les résistances mentales et les résonances du passé, que celui-ci relève du mythe ou de la réalité. 

     

    Camille Henrot a exposé son travail au Schinkel Pavilion à Berlin, à l’Institute of Contemporary Arts et à la Chisenhale Gallery à Londres, au Centre Pompidou, au Musée d’art moderne et au Palais de Tokyo à Paris. En 2010 elle est nommée pour le prix Marcel Duchamp. En 2013 elle reçoit la bourse du Smithsonian Artist Research Fellowship de Washington qui lui permet de produire le film Grosse Fatigue qui reçoit le Lion d’argent à la 55° Biennale de Venise. Elle est représentée par les galeries kamel mennour à Paris, Johann König à Berlin et Metro Pictures à New York. 

    Elle a récemment fait des expositions solo au New Museum à New York, à la Kunsthal de Charlottenborg au Danemark et est nommée pour le prix Hugo Boss 2014.

    Livres :
  • Livres :
  • Biographie :


    De son vrai nom Laszlo Elkan, Lucien Hervé (1910-2007), est né en Hongrie. Après des études de dessin à Vienne, il s'installe à Paris en 1930 où il exerce mille métiers avant de se tourner vers la photographie. En 1938 il travaille pour Marianne Magazine comme reporter-photographe. Prisonnier de guerre en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, il réussit à s'enfuir en 1941 et rejoint la Résistance. Il gardera par la suite son nom de combat, Lucien Hervé. Après la guerre il recommence à photographier pour France Illustration. En 1949 il fait la connaissance du Père Couturier qui le présente à Matisse (dont il fera de nombreux portraits) et le convint de se rendre à Marseille photographier l'Unité d'habitation de Le Corbusier. C'est le début d'une longue collaboration qui durera jusqu'au décès de l'architecte en 1965. Dès lors il se consacre plus particulièrement à la photographie d'architecture en travaillant également avec de nombreux autres architectes connus tels que Alvar Aalto, Marcel Breuer, Kenzo Tange, Richard Neutra, Oscar Niemeyer, Jean Prouvé et Bernard Zehrfuss.

    Ses photographies ont fait l'objet de nombreuses expositions à travers le monde : "Le beau court la rue", Amiens, 1967, "Le Langage de l'architecture" (avec des textes de Paul Valéry), inaugurée par Clodius Petit et Le Corbusier, musée des Arts décoratifs, Paris, 1963 ; "Architecture paysanne, antique et moderne", Bibliothèque Nationale, Paris, 1964 ; "Abbaye de Royaumont", inaugurée avec Le Corbusier, 1969 ; "Fatehpur Sikri", Londres, 1974 ; Helsinki, inaugurée avec Alvar Aalto, 1976 ; Paris, 1977 ; Budapest, 1978 ; Cambridge, 1979 ; "La perception de l'architecture", Musée Réattu, Arles, 1985 ; "Image de l'architecture, architecture de l'image", La Villette, Paris, 1988; "La Tour Eiffel", Musée de l'Élysée, Lausanne, 1989 ; "Essentie van het Fragment", Nederlands Architectuur Instituut, Rotterdam, 1992 ; "Le Corbusier by Lucien Hervé", Michael Hoppen Photography, Londres, 1998 ; "Architecture de l'ombre. Le Beau court la rue", Abbaye de Montmajour, Arles, 1999 ; "Rétrospective Lucien Hervé", Hôtel de Sully, Paris, 2001 ; Diechtorhallen, Hambourg, 2002 ; "Rétrospective Lucien Hervé, l'œil de l'architecte", CIVA, Bruxelles, 2005 ; "Exposition Lucien Hervé", galerie Camera Obscura (qui l'expose depuis 1993), Paris, 2007 ; "Le Corbusier - Lucien Hervé - Construction / Composition", Fondation Le Corbusier, Paris, 2007 ; Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 2007 ; "Rétrospective", Keitelman Gallery, 2010 ; "Donation Lucien Hervé", Centre Georges Pompidou, 2010, "Il aurait cent ans… et quelle modernité !", Galerie du Jour Agnès b., 2010 ; "Lucien Hervé 100", Musée des Beaux-arts, Budapest, 2010. Parmi ses livres on peut citer : Intimité et Immensité, avec Bernard Noël, Paris, 1994 ; Lucien Hervé : L'homme construit par Olivier Beer, Seuil, 2001 ; Architecture de vérité, Phaidon, 2001 ; The Eiffel Tower, Princeton Architectural Press, New York, 2003 ; Le Corbusier, Lucien Hervé, Contacts, Seuil, 2011, Getty Publications (US), Thames & Hudson (GB), Schirmer/Mosel.

    Livres :
  • Biographie :

    Historienne de l'art et critique d'art, Ann Hindry est conservateur de la collection d'art moderne de Renault.

    Livres :
  • Livres :
  • Livres :
  • Livres :
  • Livres :
  • Biographie :


    Myriam Houssay-Holzschuch est professeure de géographie à l’Université Grenoble Alpes et au laboratoire PACTE. Elle travaille sur le cas sud-africain depuis 1993, via notamment de longs séjours de recherche, dans une perspective de géographie urbaine et politique. Ses recherches portent principalement sur la géographie de l’apartheid et du post-apartheid, à travers les questions de ségrégation et déségrégation, de violence, d’espaces publics et de la difficile construction d’un vivre ensemble démocratique et juste dans la période post-apartheid. Elle s’intéresse tout particulièrement à la manière dont les héritages et les changements historiques s’inscrivent dans l’espace.

    Livres :
  • Livres :
  • Livres :
  • Livres :